Étiquette : destruction

L’Europe en crise : Que faire ?

L’Europe en crise : Que faire ?

Réponses à quelques questions
Pour une autre Europe

L’Europe en crise : Que faire ? par Maurice Allais

Dans ce septième ouvrage sur l’Europe depuis 1960, l’auteur, Maurice Allais, présente une analyse approfondie des causes de la crise actuelle et des réformes qu’il convient de mettre en œuvre.

Pour l’essentiel la crise actuelle de l’Europe et la crise profonde de la Société française résultent de la politique libre-échangiste poursuivie depuis 1974 par l’Organisation de Bruxelles.

Pour la France, cette politique a entraîné un chômage massif et une destruction progressive de l’industrie, de l’agriculture et de la croissance. Aujourd’hui la diminution du produit intérieur brut réel par habitant qui en a résulté est d’au moins 30 %, et cette diminution considérable explique les profondes difficultés auxquelles nous devons faire face aujourd’hui.

Que faire? Tout d’abord il convient de fonder la construction politique de l’Europe sur une Confédération d’États souverains associant étroitement les populations à toute décision, et limitée à l’Est par ses limites traditionnelles, à l’exclusion notamment de la Turquie.

En second lieu il faut fonder l’Europe économique sur le rétablissement d’une préférence communautaire permettant d’assurer dans chaque secteur la couverture à au moins 80 % de la consommation communautaire par une production communautaire, ce qui est possible.

Si ces réformes se révélaient irréalisables en raison de l’opposition aveugle et dogmatique de certains États, sous l’influence notamment des sociétés multinationales, seules bénéficiaires du libre-échangisme, la France et les États souffrant de la même crise devraient faire sécession et fonder une autre Europe.

Face à la concurrence des pays à bas salaires et à capacités technologiques le rétablissement de la préférence communautaire est une nécessité absolue qui transcende la compétition de tous les partis politiques si justifiée qu’elle puisse être. Il en va de la survie de la France et de la survie de la Construction européenne.

« NON AU TRAITÉ SUICIDAIRE DE LIBRE-ÉCHANGE TRANSATLANTIQUE ! »

 

Communiqué de presse
De l’Alliance Internationale AIRAMA
6 juin 2014

« Non au Traité Suicidaire
De Libre-Échange Transatlantique ! »

 

De qui se moque-t-on ? En 1992, on nous avait promis que l’Europe de Maastricht, c’était « Moins de chômage, moins d’insécurité, moins de corruption » (Bérégovoy). Mais vingt deux ans après, il apparaît que c’est « exactement l’inverse » !

Dès 1999, dans « Mondialisation, la destruction de la croissance et de l’emploi. L’évidence empirique », M. Allais avait pourtant annoncé le naufrage de l’Europe-Titanic :

La « Seule Cause » du « Décrochage de l’Économie Française en 1974 » (divisant la croissance par deux !)

C’est « La politique » de « suppression progressive à partir de 1974 des barrières douanières » par Bruxelles, au titre de l’art. 110 du traité de Rome, [qui] a conduit à « la disparition progressive de la protection du Marché communautaire et à l’instauration continue d’un libre-échange mondialiste », autrement dit d’un ultralibéralisme. » (1)

Le Bilan du « Coût » de la Politique Libre-Échangiste Depuis 1974, Toujours plus « Suicidaire » :

1) Chômage : 2,2 % (631000) en 1974, 11 % (5,7 millions) en 2014 (plus 5 millions !)

2) Croissance : 5,6 % (1960 à 1974), 2,3 % (1974 à 2006). Nulle depuis 2006 !

3) Dette : 10 % en 1973, 93,5 % en 2013 (1877 milliards en 2014), 30 000 € par Français !

4) Déficit de la Balance Commerciale : 70 milliards € par an !

5) Désindustrialisation : 6,2 M d’emplois en 1974, 3,4 M en 2014 (moins 2,8 M !) En 2010, Bercy reconnaissait 63 % des destructions d’emploi dues à la mondialisation ! (2)

Poursuivre cette Politique Libre-Échangiste est Criminel :

« La crise d’aujourd’hui, le chômage massif (…), la destruction jour après jour de la société française ne sont que les conséquences des politiques dogmatiques (« mondialisme libre-échangiste » sans cesse mises en œuvre depuis la grande cassure de 1974 et qui nous mène au désastre. Il serait criminel de les poursuivre. »

Même cause, mêmes effets. Le traité de libre-échange transatlantique, c’est l’Aggravation du suicide des politiques libre-échangistes criminelles suivies depuis 1974.

Disons « NON à la destruction de l’EUROPE ! », au nouveau Mensonge d’État du traité de libre-échange transatlantique. Restaurer le protectionnisme compétitif de M. Allais (plébiscité par 82 % des Français dès 2011) est une question de suivi. Il faut restaurer la protection des frontières — comme les USA et la Chine ! — si vous voulez sauver l’Europe et la France du naufrage Titanic annoncé par l’AIRAMA en 2012.

Au nom de Maurice Allais ! Signez la pétition et soutenez/rejoignez l’AIRAMA qui prépare les États-généraux du protectionnisme !

Arnaud Upinsky, Président de l’AIRAMA

Contact presse : courrierposte@orange.fr et tel : 06 01 76 20 79  

 

 

 


[1] http://combats-maurice-allais.info/documents/2012-04-12_AIRAMA_L.ultraliberalisme-voila-l.ennemi_Lettre-Ouverte-a-TOUS-les-Candidats-a-la-Presidence-de-la-Republique.pdf

[2] http://www.marianne.net/63-des-destructions-d-emploi-dans-l-industrie-francaise-dues-a-la-mondialisation_a189534.html