L’Europe en crise : Que faire ?

L’Europe en crise : Que faire ?

Réponses à quelques questions
Pour une autre Europe

L’Europe en crise : Que faire ? par Maurice Allais

Dans ce septième ouvrage sur l’Europe depuis 1960, l’auteur, Maurice Allais, présente une analyse approfondie des causes de la crise actuelle et des réformes qu’il convient de mettre en œuvre.

Pour l’essentiel la crise actuelle de l’Europe et la crise profonde de la Société française résultent de la politique libre-échangiste poursuivie depuis 1974 par l’Organisation de Bruxelles.

Pour la France, cette politique a entraîné un chômage massif et une destruction progressive de l’industrie, de l’agriculture et de la croissance. Aujourd’hui la diminution du produit intérieur brut réel par habitant qui en a résulté est d’au moins 30 %, et cette diminution considérable explique les profondes difficultés auxquelles nous devons faire face aujourd’hui.

Que faire? Tout d’abord il convient de fonder la construction politique de l’Europe sur une Confédération d’États souverains associant étroitement les populations à toute décision, et limitée à l’Est par ses limites traditionnelles, à l’exclusion notamment de la Turquie.

En second lieu il faut fonder l’Europe économique sur le rétablissement d’une préférence communautaire permettant d’assurer dans chaque secteur la couverture à au moins 80 % de la consommation communautaire par une production communautaire, ce qui est possible.

Si ces réformes se révélaient irréalisables en raison de l’opposition aveugle et dogmatique de certains États, sous l’influence notamment des sociétés multinationales, seules bénéficiaires du libre-échangisme, la France et les États souffrant de la même crise devraient faire sécession et fonder une autre Europe.

Face à la concurrence des pays à bas salaires et à capacités technologiques le rétablissement de la préférence communautaire est une nécessité absolue qui transcende la compétition de tous les partis politiques si justifiée qu’elle puisse être. Il en va de la survie de la France et de la survie de la Construction européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *