Catégorie : Chômage

La démographiques influe-t-elle sur le chômage ?

Un sujet d’actualité :

La réforme des retraites et l’évolution du chômage sont au centre des préoccupations de nos compatriotes. Il est donc nécessaire de bien comprendre les contraintes imposées par la démographie qu’aucune politique publique ne peut ignorer.

La pyramide des âges :

Nous avons été habitués à considérer  la pyramide des âges sous une forme symétrique. L’axe vertical, correspond aux classes d’âge de zéro à 100 ans. Les populations correspondant à chaque tranche d’âge sont représentées selon l’axe horizontal. Pour chaque âge, la largeur de la pyramide représente ainsi la population correspondante.

Figure 1 : Représentation classique de la démographie.

Il est possible de superposer les courbes correspondant à deux dates (2014 en rouge, 2019 en bleu).

Figure 2 : Évolution entre 2014 et 2019.

            Courbe rouge : valeurs au 1er janvier 2014, courbe bleue : valeurs eu 1er janvier 2019.

            Par souci de simplicité, nous adopterons une représentation plus simple dans lesquelles l’axe horizontal correspond à la classe d’âge et l’axe vertical la répartition de la population entre ces classes.

Figure 3 : Représentation simplifiée des pyramides de la figure 2.

Entre 2014 et 2019, les habitants ont vieilli de cinq ans. Nous pouvons donc décaler ces courbes de façon à faire coïncider les dates de naissance. Les courbes ne coïncident pas totalement pour des raisons multiples : les effets de l’émigration et de l’immigration mais aussi les décès. Ceci est parfaitement illustré par les écarts entre 80 et 100 ans observés entre les courbes rouges et bleues.

Cinq ans plus tard, la mortalité des aînés a décalé vers le bas la courbe correspondant à 2014. Évidemment, la part de population de mois de 5 ans n’est pas prédite.

Figure 4 : Le vieillissement des classes d’âge.

  • Courbe bleue : pyramide des âges en 2014 décalée de 5 ans ;
  • Courbe bleue : pyramide des âges en 2019.

La prévision démographique à court terme :

            Pour tenir compte du vieillissement de la population, il convient de prendre en compte la mortalité de chaque tranche d’âge. Les statistiques de l’INED présentent en effet des valeurs de mortalité en fonction de l’âge.

En tenant compte de cette courbe de mortalité, il possible de prédire une partie importante des futures pyramides des âges. La pyramide réelle pourra cependant différer de cette projection en fonction du solde migratoire.  

Les données de mortalité sont établies avec un pas de 5 ans, incompatible avec un traitement de la pyramide des âges.  Elles doivent donc être interpolées avec un pas annuel. Cette interpolation correspond à la figure 5.

Figure 5 : Mortalité en fonction de l’âge.

Cette figure indique, pour chaque âge, le taux de survivants moyen. La connaissance de ce taux permet de  prédire l’évolution de la population française entre deux années, ici 2014 et 2019 (figure 6).

Figure 6 : Comparaison des valeurs prédites observées en 2019.

La courbe rouge correspond aux valeurs réelles de 2019. La courbe pointillée bleue aux valeurs prédites à partir de celles de 2014. La concordance entre les deux courbes est frappante. Les différences, notamment entre 20 et 40 ans, sont certainement dues au solde des flux migratoires.

La prévision démographique à long terme :

            L’excellente qualité de cette projection à cinq permet de faire des prévisions à plus long terme. Nous avons tenté une projection sur 15 ans, de 2014 à 2029 (figure 7). Malheureusement, ce procédé ne permet évidemment pas de prévoir les naissances futures…

Deux options sont alors possibles :

  • Supposer la natalité constante,
  • Supposer la tendance des 5 dernières années connue conservée après 2019.

 

            Les effets du « Baby Boom » de 1945 sur ces courbes sont particulièrement nets.

Figure 7 : Extrapolation de 2014 à 2029.

  • Courbe rouge : Valeurs en 2014,
  • Courbe bleue : Prévision 2019,
  • Courbe verte : Prévision 2024,
  • Courbe cyan : Prévision 2029.

Une retombée inattendue : La prévision du passé !

            La date de naissance des personnes du même âgé étant connue, il est facile de faire une estimation de la natalité des années passées.

L’utilisation en inverse de la courbe de mortalité permet ainsi de tracer une courbe de fécondité, c’est à dire le taux des naissances. La courbe exacte est certainement dans les archives de l’INED, mais une valeur crédible peut en être obtenue simplement de cette façon. Un décalage initial permet de présenter une estimation de l’année de conception, humainement plus significative.


Figure 8 : Courbe de natalité.

            On note sur cette courbe des accidents en 1918, 1940 et le « Baby Boom » de 1945.

Spécificité de la démographie française :

            La démographie française a été fortement marquée par les deux guerres mondiales. La figure 9 présente les pyramides des âges en 2014, celle prévue en 2029 et enfin celle qui correspondrait à une stabilité globale dans le temps d’une population.

Figure 9 : Prévision faite pour 2029.

  • Courbe rouge : Pyramide observée en 2014,
  • Courbe bleue : Pyramide prévue en 2029.
  • Courbe pointillée verte ; Pyramide de référence.

Il reste alors à prendre en compte les différentes hypothèses  de natalité et d’évaluer l’effet de celle-ci sur l’évolution de la pyramide des âges et l’équilibre des régimes de retraite.

Conséquences pour les régimes de retraite :

            Ces projections démographiques permettent de prévoir, en fonction des décisions politiques familiales,  la part des actifs potentiels dans la population nationale ainsi que celle des jeunes encore inactifs et des retraités. Elles permettent également de déterminer l’effet d’une entrée plus tardive dans le monde du travail ou d’un départ à la retraite plus précoce des actifs.  

Si la valeur de la population du pays était constante la pyramide des âges correspondrait à la courbe de mortalité (figure 9). Celle de la population française étant très différente, nous pouvons étudier l’évolution temporelle de la part de la population possiblement active dans la population totale.

Nous allons étudier l’évolution au cours du temps de cette part de la population sur la base de deux hypothèses de natalité :

  • Une natalité constate, conduisant à terme à une stabilisation de la population française,
  • Une décroissance de la natalité selon la tendance observée au cours des 5 dernières années.

Nous prendrons en compte trois durées d’activité :

  • 15 à 64 ans comme l’UIT,
  • 18 à 62, valeur médiane,
  • 21 à 60 ans, pour rappeler une valeur symbolique d’âge de la retraite.

 

 

Évolution prédite en supposant une natalité constante:

            Selon cette hypothèse, la part de la population française en âge de travailler se réduira au cours du temps, et ceci dans les trois hypothèses de durée d’activité retenues. Les pyramides des âges, complétées par l’estimation de la natalité future sont représentées sur la figure 10.

Figure 10 : Prévision faite pour 2029.

  • Courbe rouge : Pyramide observée en 2014,
  • Courbe bleue : Pyramide prévue en 2019.
  • Courbe verte ; Pyramide prévue en 2024.
  • Courbe cyan : Pyramide prévue pour 2029.

La figure 11 présente l’évolution au cours du temps du taux d’actifs potentiels. Les droites en pointillé correspondent au taux correspondant à une population stable, en supposant la natalité constante.

Figure 11 : Évolution au cours du temps du taux de population potentiellement active.

  • Courbes rouges : travail de 15 à 64 ans,
  • Courbes bleues : travail de 18 à 62 ans,
  • Courbes vertes : travail de 21 à 60 ans.

Il est également possible de tracer un abaque donnant l’évolution dans le temps de ce taux en fonction de l’hypothèse de durée du travail (figure 12). Les trois hypothèses de temps de travail correspondent aux abscisses 0, 1 et 2. Les droites parallèles correspondent à l’évolution temporelle de ce taux. Leur faible décalage montre que la durée du travail reste prépondérante sur l’évolution de la pyramide des âges dont l’effet sur l’évolution temporelle de la pyramide dont l’effet est bien plus limité.

Figure 12 : Effets relatifs de la durée du travail et de la pyramide des âges.

Les effets de la seconde guerre mondiale, et en particulier du « Baby-Boom » qui l’a suivie s’atténuerons. Dans cette hypothèse, les taux de population active  se stabiliseront.  Après 2029, ils seront proches de ceux d’une population de fécondité stable.

Évolution prédite en supposant une baisse linéaire de la natalité :

La poursuite linéaire de la baisse de la natalité observée ces dernières années conduirait à une réduction des inactifs (figure 13).

Figure 13 : Hypothèse d’une baisse constante de la fécondité à partir de 2014.

Dans cette hypothèse, après un embellissement temporaire, nous retrouverions à long terme un excès de retraités et une diminution de la part des actifs, lorsque la baisse de la population n’assurera plus le remplacement des actifs mis à la retraite.

Figure 14 : Évolution au cours du temps du taux de population potentiellement active.

  • Courbes rouges : travail de 15 à 64 ans,
  • Courbes bleues : travail de 18 à 62 ans,
  • Courbes vertes : travail de 21 à 60 ans.

Une persistance anormale du chômage ?

            Comment se fait-il que la réduction du nombre des actifs potentiels n’ait pas fait baisser le taux de chômage toujours proche de 9%? La raison en est clairement à la réduction de l’emploi industriel qui n’a cessé de régresser depuis 1974 (figure 15), ceci en raison de la politique économique menée en France (voir le texte sur le chômage importé).

Figure 15 : Emploi industriel en équivalent temps plein (en milliers).

            L’emploi industriel a diminué d’un million depuis 1974 et de 20 mille par an de 2014 à 2019, soit 0,8% par an. En même temps, l’emploi total a augmenté de 28 mille par an, soit 1,3% par an. Enfin, la population a augmenté de 1,6% par an entre 2014 et 2019. Dans l’hypothèse d’une stabilité du nombre des naissances, la population ne devrait plus augmenter, hors immigration, que de  0,6% par an entre 2024 et 2029.

 

Figure 16 : Augmentation prévue de la population.

  • Courbe rouge : Augmentation prévue de la population,
  • Courbe pointillée bleue : Pente à 0,6% par an.

            Sur la période 2014-2019, au lieu de progresser, l’emploi industriel a diminué tant en valeur absolue qu’en pourcentage. Dans le même temps, la croissance des besoins liée la croissance de la population, et la constance  du nombre des actifs potentiels, aurait dû faire baisser fortement  le nombre des chômeurs, ce qui n’a pas été le cas.

            Comment se fait-il que cette politique mondialiste prônant un laisser-fairisme universel, la concurrence généralisée entre les peuples et les acteurs économiques, perdure malgré son échec évident dans tous les domaines : développement économique, justice sociale, écologie et même culture… Maurice Allais, prix Nobel d’économie français et européen convaincu, n’a-t-il pas critiqué cette politique absurde dont la nocivité est une « évidence empirique » ?

            Comment se fait-il que des « économistes » aient pu dire qu’il existait un taux minimal de chômage, le NAIRU (non accelerating inflation rate of unemployment), ou taux de chômage qui n’accélère pas l’inflation ? Peut-on raisonnablement considérer que réduire l’emploi est raisonnable, alors même que l’on sait qu’un revenu décent est nécessaire à tous ceux qui ne se mettent pas volontairement en marge de la société ? Ce concept même a-t-il un sens dans les pays de l’union européenne depuis la création de l’EURO et la libération des transferts de capitaux ? Faudrait-il un taux unique de l’UE ? Comment serait-il piloté ?

            Comment se fait-il que de nombreux acteurs participent, souvent de bonne foi, à la destruction de l’économie et de la planète qu’ils prétendent protéger ? En réalité, les acteurs économiques, qu’ils soient chefs d’entreprise ou simple citoyens, décident en fonction des contraintes auxquelles ils sont soumis à court terme et de leurs projets. Ils ne sont, le plus souvent, que les acteurs involontaires d’une politique qu’ils désapprouvent.

 Ils participent ainsi, sans le savoir, non à un complot, mais à une politique dont les seuls résultats sont le pillage de la planète, parfois au nom de l’écologie, et l’enrichissement d’une toute petite partie de la population mondiale qui, dominant les états, accapare à son profit tout le pouvoir.

 

Pierre Fuerxer

Membre de l’AIRAMA.

 

 

Télécharger en PDF

 

L’emploi Industriel qui montre que le chômage résulte d’un choix

La perte des emplois industriels

Introduction :

Maurice Allais a exposé dans un livre publié en 2007 avec le titre « La mondialisation, la destruction des emplois et la croissance ».  Plus de dix ans plus tard, « l’évidence empirique » sur laquelle il basait son argumentation est de plus en plus claire.

Figure 1 : courbes présentées dans la presse par Maurice Allais

 

Une précédente mise à jour :

En janvier 2017, une mise à jour faite à partir des dernières statistiques de l’INSEE confirmait les prévisions de Maurice Allais.

Figure 2 : Emploi industriel : Projection faite en janvier 2017.

Cette projection conduisait à un emploi industriel nul en 2045. Il est évident qu’une telle extrapolation ne peut être retenue. Il est bien certain que l’évolution actuelle ne pourra se poursuivre indéfiniment. Il reste toutefois à observer jusqu’à quel point cette tendance pourra se poursuivre et à anticiper les mesures qui permettront de faire face au choc qui accompagnera la fin de cette période de désindustrialisation.

 

Évolution de la population française :

Même si le vieillissement de la population est un fait indiscutable, la population française ne cesse de croître.

Figure 3 : Population totale selon l’INSEE

La répartition en tranches d’âge permet d’observer son vieillissement. Compte tenu de l’accroissement constant du temps partiel, les nombres d’actifs et de chômeurs ne sont plus significatifs. Ainsi, le volume de la population active n’est plus publié. Nous allons donc considérer l’emploi total et sa répartition sur la base des équivalents temps plein.

Figure 4 : Emploi total (équivalent temps plein)

 

L’évolution de l’emploi industriel correspond strictement à la tendance prédite par Maurice Allais il y a près de dix ans.

Figure 5 : Évolution de l’emploi industriel

Le taux d’emploi industriels correspond alors à la figure suivante :

Figure 6 : taux d’emploi industriel dans l’emploi total

Ce taux, qui était de plus de 35 % en 1948 est maintenant de l’ordre de 10%. Il subit à une réduction légèrement plus forte par rapport à l’ensemble de la population, en raison de son vieillissement qui réduit la part des  actifs. Sur cette courbe, la cassure de 1974 apparaît nettement.

Dans ces conditions, il est facile de constater qu’en tenant compte du vieillissement de la population, la décroissance du niveau de l’emploi industriel réel est conforme aux prévisions de Maurice Allais, et strictement celui constaté en janvier 2017. Sur cette courbe, le ralentissement apparent de la désindustrialisation n’est dû qu’au vieillissement de la population. En effet celui-ci réduit la part de la population active dans la population totale.

Figure 7 : Taux d’emploi industriel par rapport à la population totale

Il reste à expliquer les vraies raisons de cette réduction de l’emploi industriel.  En effet, celle-ci ne peut être attribuée aux seuls progrès techniques et au développement des robots.

 

PIB ou valeur ajoutée ?

Pendant longtemps, le PIB (Produit Intérieur Brut),  malgré ses nombreux défauts, a été la mesure de l’activité économique.

Aujourd’hui, l’INSEE publie des mesures détaillées de la valeur ajoutée. Des données détaillées relatives aux diverses activités économique sont maintenant disponibles.

Nous les avons regroupées en trois domaines différents (Figure 8).

Figure 8 : Répartition de la valeur ajoutée

  • En bleu : Activité commerciales
  • En vert : Activités de service,
  • En rouge : Activité industrielles.

Le niveau des activités agricoles n’a pas été tracé compte tenu de sa très faible valeur.

Les pourcentages des valeurs ajoutées  industrielles et agricoles correspondent au graphique suivant (figure 9).

Figure 9 : Industrie et agriculture

  • Courbe bleue : Industrie,
  • Courbe rouge : Agriculture.

Elles sont très petites derrière les activités de service au sens global, en incluant les services commerciaux et les autres services, notamment aux entreprises (figure 10).

 

Figure 10 : Part des activités de service

Le transitoire présent sur les courbes correspond à mai 1968, période pendant laquelle l’activité industrielle a été fortement perturbée.

La répartition de la valeur ajoutée telle qu’elle apparaît dans les statistiques de l’INSEE  est donc bien plus instructive que celle du PIB. La somme des revenus pouvant être supérieure à la valeur ajoutée totale qui est la production réelle.

 

Le chômage importé :

En 2012, nous avions montré que les seules importations chinoises correspondaient à la perte de 2,7 millions d’emplois. Si nous ajoutons ces emplois à la valeur constatée en 2012, les courbes des figures 5 et 7 sont modifiées de la façon suivante (figures 11 et 12).

Figure 11 : Part des emplois industriels corrigé pour 2012

Figure 12 : Taux d’emploi industriel corrigé pour 2012

Ces courbes démontrent que  le chômage importé résultant des seules importations chinoises suffit à compenser la réduction de l’emploi industriel observée depuis 1974. Il est certain que si ce calcul avait été fait sur l’ensemble des importations, l’emploi industriel corrigé de l’effet des importations aurait poursuivi sa croissance au-delà de 1974.

La réduction de l’emploi industriel est donc clairement la conséquence d’une politique qui a, sciemment ou non, créé un chômage de masse.

 

Conclusion :

Cette analyse montre que le chômage de masse n’est pas une fatalité. Il résulte de d’une politique délibérée, le libéralisme, qui conduit naturellement à la mise en concurrence des travailleurs et des régimes sociaux du monde entier.

À la suite de mai 1968, la compétitivité de l’économie française n’a pu être rétablie que grâce à deux dévaluations du franc et une réévaluation du Mark. Toutefois, comme le modèle OMEGA l’a très clairement expliqué, ces événements ont conduit à une réduction de la croissance six ans plus tard.

En 1973-74, l’abandon  de notre souveraineté monétaire par le président Pompidou et Valery Giscard d’Estaing a eu des conséquences catastrophiques à long terme. Ne pouvant plus ajuster la compétitivité nationale en dévaluant le franc, nos gouvernements ont mené une politique mondialiste irresponsable. Le maintien du pouvoir d’achat des salariés et des revenus des capitaux s’est fait grâce à des expédients : exportations d’armes, importations en provenance des pays à faibles coûts salariaux, vente d’entreprises… Le recours aux banques privées pour ajuster la monnaie a introduit une dette publique totalement injustifiée, comme Maurice Allais et de nombreux économistes l’ont démontré. Globalement, cette politique a conduit inéluctablement à une augmentation du chômage.

L’adoption de l’EURO (€) a été présentée comme la solution finale aux problèmes des états européens. Force est de constater qu’il n’en est rien. Le mondialisme continue à détruire méthodiquement l’économie française et d’autres états européens.

On nous assure que la réduction de l’emploi industriel est un phénomène inévitable, une conséquence des progrès de la technologie, et en particulier du développement des robots industriels. En réalité, des emplois sont créés dans d’autres pays. Tout se passe comme si nous avions décidé de délocaliser notre industrie en transférant nos capitaux à l’étranger en vue d’y réaliser, à moindre coût, les produits demandés par notre marché intérieur.

Le déficit de notre balance commerciale et la croissance du chômage sont alors inévitables. N’est-il pas temps d’abandonner une politique qui, selon l’expression de Maurice Allais, a fait la « démonstration empirique » de sa nocivité ?

 

Pierre Fuerxer,

Membre de l’AIRAMA.

 

Télécharger en PDF

 

 

LE CHÔMAGE IMPORTÉ

Introduction :

               En France, le chômage ne cesse d’augmenter depuis 1974. Les responsables ont longtemps considéré que celui-ci était dû à une crise passagère et qu’il régresserait spontanément dès que l’économie repartirait. Maurice Allais a lié ce chômage de masse aux importations en provenance des pays à faible coût de main d’œuvre. Qu’en est-il exactement ? Peut-on conforter par des simulations l’évidence économique dont il parlait ?

 

Un phénomène mystérieux ?

               Maurice Allais, européen convaincu a dénoncé le rôle des importations dans le développement du chômage. Il expose ses arguments dans son livre sur l’Europe intitulé « La mondialisation, la destruction des emplois et la croissance », publié en 2007, avec le sous titre percutant, « l’évidence empirique« .

               Il publiera dans la presse divers articles montrant la réduction brutale de la croissance et la montée du chômage depuis 1974 (figure 1) :

Courbes de <abbr>PIB</abbr> et emploi publiées par Maurice Allais

Figure 1 : Courbes de PIB et emploi publiées par Maurice Allais.

               Cette cassure, que Maurice Allais attribue au développement du libéralisme, peut être reproduite par le prédicteur Oméga-Allais, comme les courbes suivantes le montrent :

Courbes calculées par le modèle Oméga-Allais Courbes calculées par le modèle Oméga-Allais

Figure 2 : Courbes calculées par le modèle Oméga-Allais.

Ces courbes confirment que cette réduction de la croissance résulte bien de la perte de compétitivité de l’industrie française due aux événements de mai 1968. En effet, il suffit d’introduire dans le modèle un retard de deux trimestres dans l’engagement des investissements pour reproduire la cassure de 1974. Ainsi, bien que la dévaluation intervenue en 1969 et la réévaluation du mark soient intervenues, la croissance de l’économie a été durablement réduite.

               La réduction de l’emploi industriel observée par Maurice Allais correspond alors directement au rapport entre le niveau du PIB réel avec celui qui aurait été atteint si la croissance n’avait pas été réduite par ce désinvestissement. Quant-à-elle, la dette correspond au manque de production industrielle par rapport à une consommation dopée par les accords de Grenelle.

               Ainsi, le maintien d’un pouvoir d’achat à un niveau proche de celui qu’il aurait atteint en l’absence du désinvestissement survenu en 1968, c’est-à-dire à un niveau supérieur à celui permis par la seule production nationale, a eu deux conséquences :

  • Une réduction de la part de l’industrie nationale dans la consommation qui induit une croissance du chômage. À moyen terme, le manque investissement réduit la croissance de la production nationale. L’augmentation du chômage correspond alors aux emplois qu’aurait dû créer l’économie pour maintenir le niveau de vie des français. Ceux-ci ont bien été crées, mais délocalisés à l’étranger.
  • Une dette extérieure de l’état et des entreprises (ou la vente de leur capital, ce qui est équivalent). Celle dette correspond à l’excès de consommation sur la production.

Ce mécanisme avait été clairement expliqué par Maurice Allais dans son livre publié en 2007.  Nous devrons donc considérer un nouvel indicateur économique, la balance du travail, explicitant l’effet des importations sur l’emploi.

 

Les causes du chômage selon Maurice Allais :

               Dans ses articles, Maurice Allais identifiait une cause structurelle souvent ignorée ou contestée du chômage : les importations en provenance des pays à faible coût de main d’œuvre, y compris de ceux appartenant à l’union européenne.

L’estimation du chômage induit par la mondialisation faite par Maurice Allais se fonde sur une remarque de bon sens : Il faut comparer entre elles les quantités de travail exportées et importées, donc prendre en compte la part salariale des objets importés de l’ensemble des pays à bas coût de main d’œuvre au prix de l’heure d’ouvriers français et non en prix de la main d’œuvre locale.

Toute importation correspond donc à une quantité de travail qui doit être comptée en heures et non en coût au taux de change en vigueur. Elle doit être valorisée au coût de la main d’œuvre française de qualification équivalente.

En sens inverse, les exportations françaises correspondent à des produits technologiques (par exemple des avions), c’est-à-dire à des heures de personnels très qualifiés, donc à des coûts horaires plus élevés. À prix égal, une exportation produit donc beaucoup moins de travail à la nation qu’une importation ne lui en coûte.

Nous devons alors considérer une nouvelle balance, La balance du travail comptée en temps de travail. Déficitaire, elle indiquera le niveau de chômage importé. Excédentaire, elle indiquera le niveau de travail importé.

Il est difficile de comparer les parts salariales des objets de fabrication locale avec celle des objets importés. Les statistiques ne peuvent estimer celles-ci de façon précise en nombre d’heures.

Sans reprendre les statistiques de 1997, une remarque de bon sens permet de contourner cette difficulté. En effet, la demande totale (somme de la consommation et des investissements), est directement  ou indirectement une consommation. Comme la consommation des ménages, les dépenses d’investissement se traduisent pour partie en travail, donc en salaires, et en consommation de ressources naturelles. Hors coût des matières premières, pays par pays, les temps de main d’œuvre sont donc indirectement proportionnels aux valeurs ajoutées.

Adoptons la démarche de Maurice Allais. Nous pouvons comprendre le mécanisme conduisant à importer du chômage en étudiant un exemple : les importations en provenance de la Chine.

             Pour déterminer le poids réel des importations, exprimé en perte d’emploi, il faut corriger le montant des importations de la façon suivante :

  • Tenir compte du niveau des coûts salariaux (6,2 plus faibles pour la Chine). En effet, la part de main d’œuvre contenue dans un produit importé de Chine aurait été 6,2 fois plus chère si elle avait été payée en France.
  • Prendre en compte tous les pays, internes ou non à la CE, sans oublier les importations indirectes. Celles-ci sont de la main-d’œuvre importée et doivent être comptabilisées de la même manière.
  • L’effet de la perte des emplois indirects (avec un facteur correctif supérieur à 1).

 

En 1997, le taux d’importation des produits en provenance de la Chine ne représentait officiellement que 1,2% du PIB, le poids de ces produits industriels n’était que 28% du PIB. Pour de nombreux économistes, ces importations avaient une influence négligeable, alors qu’en prenant en compte des écarts de coût salariaux, il aurait dû être estime à au moins 7,5% de l’emploi, soit plus de la moitié des pertes d’emploi industriel constatées.

 

Coûts horaires de la Main d’œuvre 1993 :

(toutes charges incluses)

Ouvriers qualifiés ou équivalent

En francs aux cours des changes

Groupe

Pays

Coût  (francs)

valeur relative

rapport

I

France

55

100

1

Madagascar

1,2

2

50

Viêt-Nam

1,5

3

36,7

Inde

2,6

5

20

Philippines

4

7

14

Thaïlande

5,5

10

10

Ile Maurice

5,75

10

10

Chine

9

16

6,2

Taïwan

23

42

2,4

Moyenne

 

7,8

12,8

II

Roumanie

2,5

5

20

Pologne

5

9

11,1

Ex-Tchécoslovaquie

11

20

5

Hongrie

11

20

5

Moyenne

 

11,8

8,6

III

Maroc

10

18

5,5

Tunisie

15

27

3,7

Moyenne

 

22

4,5

I+II+III

Moyenne Générale

 

10,2

9,8

 

               Figure 3 : Coût relatifs de main d’œuvre (la mondialisation, page 331).

 

La réduction de la croissance :

Maurice Allais présente comme une évidence la relation entre la mondialisation et la réduction de la croissance (du moins dans notre pays).  Il n’est pas nécessaire de rappeler que l’économie ne se développe que si des investissements conduisent à une offre, des revenus, et la demande correspondante.

Si une part excessive de la demande est satisfaite par des produits importés, la demande intérieure diminue. Il en résulte une baisse des profits générés, du volume de travail consacré, soit au maintien ou au développement de la production, soit à la consommation. Enfin, la libération des mouvements de capitaux permet à ces profits de rechercher la rentabilité maximale en soutenant l’activité économique des pays dans lesquels les coûts sont les plus faibles.

Nous devons donc considérer dans les relations internationales quatre flux: les produits, les investissements, le travail et les capitaux qui, comme la possession de ressources naturelles, permettent de constituer des rentes de situation. Les données statistiques correspondantes sont la balance commerciale, les investissements à l’étranger, la nouvelle balance du travail et enfin  les dettes, remboursables ou non, des états et des entreprises.

 

La balance du travail :

               Cette nouvelle balance, La balance du travail doit être comptée en temps de travail. Déficitaire, elle indiquera le niveau de chômage importé. Excédentaire, elle indiquera le niveau de travail importé. Pour établir cette nouvelle balance, nous devons prendre en compte, séparément pays par pays, et sans doute activité par activité, les importations et les exportations. Chaque transfert doit être valorisé en temps de travail, direct ou indirect, sachant que toute activité productrice est essentiellement des salaires, donc du temps de travail.

En 2009, alors que le solde des échanges avec la Chine était 22 G€, les importations depuis ce seul pays étaient de 30 G€, soit approximativement 1,5% du PIB. Le déficit de la balance commerciale était alors de 53,4 G€. La part de main d’œuvre contenue dans ces importations est sous-évaluée. En prenant la valeur publiée par Maurice Allais pour la Chine pour l’année 1993, le coût de main d’œuvre aurait été (6,2-1) fois supérieur pour une production en France, soit 7,8% du PIB.

Nous devons évaluer l’emploi supprimé par cette importation. Pour cela, admettons dans un premier temps que la totalité de la production résulte de coûts de mains d’œuvre. En effet, des mines d’où les matières premières sont extraites, aux circuits de distribution, les coûts résultent de salaires et profits qui finissent en consommation. Ainsi valorisée, cette importation correspondrait à 2 millions d’emplois perdus.

Les importations en provenance de la Chine ont été en 2012 de 41,4 G€, soit 2% du PIB et le déficit de la balance commerciale de 80 G€, soit 4% du PIB. Avec les mêmes paramètres, le nombre de chômeurs lié aux seules importations chinoises serait de 2,7 millions.

Bien évidemment, ce calcul n’a qu’une valeur explicative du mécanisme par lequel ces importations contribuent à la baisse de l’emploi industriel. Un calcul plus précis, pays par pays, permettrait de chiffrer de façon précise la part des importations provenant des pays à faible coût de main d’œuvre dans la hausse du chômage.

Il y a donc une relation directe entre le nombre de chômeurs et le niveau des importations en provenance des pays à faible coût de main d’œuvre.

Bien évidemment, comme la balance commerciale, cette nouvelle balance subirait les variations des taux de change et des évolutions sociales de nos partenaires économiques. Elle permettrait au moins de comprendre les vraies raisons du chômage lié à la mondialisation et de déterminer les actions susceptibles de le maitriser.

Comment peut-on espérer traiter un mal sans en avoir identifié les causes et trouvé les remèdes  à appliquer ?

 

L’évolution de l’emploi industriel :

               Pour calculer le niveau de la perte d’emploi, il faut donc considérer la totalité des importations des pays à faible coût de main d’œuvre  et le solde des échanges, et non seulement le déficit de la balance commerciale. Cette étude devrait porter sur tous les pays, y compris les pays de l’union européenne.

               Ensuite, ces données devraient être introduites dans un modèle dynamique analogue au modèle Oméga-Allais. Ceci permettrait de prévoir à échéance de plusieurs années les conséquences inévitables des distorsions sociales et monétaires entre les nations.

               Avant toute chose, nous devons mettre à jour les graphiques tracés par Maurice Allais en 1994. Nous disposons pour cela des statistiques de l’INSEE qui, malgré des modifications régulières des agrégats, permettent de bien comprendre l’inévitable régression de notre industrie.

               Nous trouvons les données suivantes :

  • Diverses statistiques de population qui présentent quelques discontinuités dues aux modifications de périmètre (la dernière modification étant la prise en compte de Mayotte).

Population françaiseFigure 4 : population française.

  • La courbe rouge est une ancienne série maintenant arrêtée,
  • La courbe bleue est la superposition de deux séries rouges et bleues nouvelles,
  • La courbe pointillée est la tendance moyenne observée depuis la cassure de 1974.

 

  • Des séries donnant l’emploi total et l’emploi salarié industriel (figure 5) :

Emploi total et emploi salarié industrielFigure 5 : Emploi total et emploi salarié industriel.

  • La courbe bleue correspond à l’emploi total,
  • La courbe rouge à l’emploi salarié industriel,
  • La courbe en pointillé verts correspond au taux de croissance moyen de la population.

Ces données permettent de mettre à jour la figure tracée par Maurice Allais à partir des statistiques disponibles en 1992 (page 126 du livre de Maurice Allais sur la mondialisation).

La politique économique libre échangiste adoptée en Europe depuis 1974 n’ayant pas varié, la destruction de l’industrie française s’est poursuivie, entrainant une croissance continue du chômage.

Pourcentage des emplois industriels dans la population activeFigure 6 : Pourcentage des emplois industriels dans la population active.

               La poursuite de la désindustrialisation au rythme actuel conduirait à la disparition totale de notre industrie dans moins de trente ans !

Pourcentage des emplois industriels : Extrapolation au rythme actuelFigure 7 : Pourcentage des emplois industriels : Extrapolation au rythme actuel.

               Chacun peut imaginer ce que serait une économie sans industrie, avec une agriculture endettée et dépendant totalement  de multinationales, des services entièrement Uberisés, avec un état incapable d’assurer ses fonctions régaliennes…

 

Les conséquences de la désindustrialisation :

               Bien évidemment, faute de volonté politique de rechercher les causes réelles du chômage, l’INSEE n’établit pas la balance du travail, mais il existe des indicateurs permettant de l’estimer. Considérons la série statistique donnant le volume des importations en provenance de la zone Asie du Nord (Japon, Chine, Corée notamment), d’où vient une grande partie des produits technologiques importés.

               Les figures 8 et 9 présentent ces données en valeurs mensuelles et annuelles de cette série statistique exprimées en millions d’Euros.

Nous observons qu’en dehors d’un léger fléchissement en 2009, le niveau de ces importations n’a cessé d’augmenter. En chiffres ronds, les importations de ces pays correspondent à 60 G€ par an, soit 3% du PIB.

Fabriqués en France, le coût de ces produits serait 18% d’un PIB qui augmenterait de 13%. Sa valeur deviendrait 115% de sa valeur actuelle. L’emploi industriel serait augmenté de 18% de l’emploi total, soit 4,8 millions, ce qui correspond grossièrement au chômage total français.

Figure 8 : série mensuelle des importations de la zone Asie du Nord.Figure 8 : série mensuelle des importations de la zone Asie du Nord.

Figure 9 : Série annuelle des importations de la zone Asie du Nord.Figure 9 : Série annuelle des importations de la zone Asie du Nord.

               Bien évidemment, nos exportations vers ces pays contribuent en sens inverse à la croissance de l’emploi, mais d’une façon marginale. Enfin, cette région du monde n’est pas la seule à considérer dans cette analyse. Nous ne produisons pratiquement plus de tissus et de vêtements et dépendons de nombreux fournisseurs étrangers : l’Inde, le Pakistan, le Bengladesh, la Turquie, la Somalie … Les emplois correspondants doivent être ajoutés aux précédents.

               La balance du travail est donc très négative, ce qui explique le sous-emploi actuel des français.

 

Une nécessaire analyse géopolitique :    

               Cette analyse des causes de chômage en France montre l’importance géopolitique du partage international du travail. En Europe, nous avons été habitués à penser que notre avance technologique justifiait notre niveau de vie comparativement élevé par rapport aux autres nations.

               Nous avons facilement accepté que les paysannes qui ramassent le coton vivent dans des conditions misérables. Nous acceptons aujourd’hui de délocaliser les productions de composants indispensables à l’économie numérique qui nous ferait entrer, nous assure-t-on, dans un avenir radieux. Que ferons-nous lorsque nous ne contrôlerons plus les technologies nécessaires ?

               Peut-on faire l’impasse sur ces questions qui ne peuvent être réellement abordées dans le cadre de cette étude limitée aux causes immédiates du chômage de masse que nous observons en France, mais qui sont un enjeu mondial pour nos sociétés ?

 

Des enjeux fondamentaux :

Les relations internationales dépendent de nombreux paramètres mais peuvent être résumées par deux indicateurs principaux : le flux des investissements, c’est à dire la balance entre les investissements français à l’étranger et des investissements étrangers en France, et la balance commerciale.

Elles dépendent également, selon l’expression de Maurice Allais des rentes de situations liées aux avantages naturels des pays (en particulier leurs ressources naturelles), et aux droits acquis (par exemple la possession du capital).

Dans un monde en équilibre, les échanges pourraient contribuer à un enrichissement mutuel des nations, chacune se spécialisant dans les produits pour lesquels elles sont les plus compétitives. Il en va différemment si le déséquilibre des échanges est associé à la liberté de circulation des capitaux.

Au déséquilibre des balances commerciales s’ajoute alors des transferts de capitaux qui permettent la mise en concurrence mondiale des entreprises. Toutes les formes de concurrence s’ajoutent les unes aux autres, et le dumping devient une pratique courante contre laquelle il n’y plus de protection possible.

 Enfin, en contribuant au développement de dettes abyssales des états et des entreprises, le chômage importé ne peut que conduire à des crises monétaires graves et à la faillite d’entreprises et de nations, mais cette question dépasse l’objet de cet article consacré au seul chômage importé.

Évaluer avec la plus grande précision possible les causes et le coût du chômage importé est donc fondamental pour la conduite de l’économie en vue du bien commun des nations.

L’INSEE ne devrait-elle pas publier une balance du travail, outil indispensable d’une politique économique ?  Selon le souhait de Maurice Allais, elle contribuerait ainsi à donner aux décideurs les outils permettant d’éviter le retour de catastrophes semblables à la crise de 1929, et de promouvoir le progrès social pour le bénéfice de tous.

 

Pierre Fuerxer (X 61)

Membre de l’AIRAMA.